Au Burkina Faso, 250 000 enfants travaillent dans les champs de coton. Ils sont exposés à de graves dangers pour leur santé et ne peuvent pas suivre une scolarité normale. Les traders suisses de coton Reinhart AG et Louis Dreyfus SA profitent de ce travail, pourtant illégal. Solidar Suisse leur demande de s'engager sérieusement pour éliminer le travail précaire d'enfants dans leurs chaînes d'approvisionnement.

7238 ont déjà participé. Avec votre aide nous serons bientôt 8000

Pétition: Solidar Suisse demande à Reinhart AG et Louis Dreyfus SA de:

  • s’opposer publiquement au travail des enfants dans leur chaîne d’approvisionnement.
  • révéler comment ils assument leurs responsabilités en matière de respect des droits humains au Burkina Faso.
  • présenter une politique des droits humains (Human Rights Policy) pour leur entreprise.
  • définir des procédures de mise en oeuvre de leur devoir de diligence et les rendre publique.
  • utiliser leur influence auprès des parties prenantes (stakeholders) et communiquer les résultats.

Signez la pétition afin que Reinhart AG et Louis Dreyfus SA prennent leur responsabilité. Merci de votre soutien !


Mettre un terme au travail des enfants

Le contexte

Dans son dernier rapport, Solidar Suisse documente les liens entre la Suisse et le travail des enfants dans la production cotonnière au Burkina Faso. Bien qu'interdit, 250'000 enfants âgés de 5 à 17 ans travaillent dans les champs de coton au Burkina Faso. Cette activité les expose à des risques considérables pour leur santé où ils sont exposés à de multiples risques de blessures. La pulvérisation de pesticides hautement toxiques renforce encore ces dangers. Ces activités agricoles limitent en outre leur capacité à suivre une scolarité normale.

L'entreprise familiale Reinhart AG de Winterthur et la multinationale Louis Dreyfus SA à Genève profitent de cette situation en achetant d'importantes quantités de coton brut au Burkina Faso et en les vendant dans le monde entier. Par leur activité économique, ils sont directement liés au travail des enfants dans les champs de coton du Burkina Faso. L'ONU a pourtant édicté des "Principes directeurs pour les entreprises et les droits de l'homme" qui stipulent que les entreprises doivent veiller à ce que les droits humains soient respectés dans leurs chaînes d'approvisionnement.

Ce que Reinhart AG et Louis Dreyfus SA doivent faire

L'achat de coton issu du travail des enfants est inacceptable. Solidar Suisse appelle Reinhart AG et Louis Dreyfus SA à prendre fermement position contre le travail des enfants au Burkina Faso. Parce que leur soutien tant vanté à certaines initiatives en faveur d'une production cotonnière écologiquement et socialement responsable ne peut masquer la réalité : en réalité, ils ne font rien pour éviter d'acheter du coton issu du travail des enfants.

Ce que fait Solidar Suisse

Afin de réduire les formes précaires de travail des enfants au Burkina Faso, tous les acteurs doivent apporter leur contribution. Il s'agit notamment de l'État, des sociétés cotonnières, des agriculteurs et des ONG locales. C'est pourquoi Solidar Suisse a lancé un projet de sensibilisation pour informer les producteurs de coton sur la nocivité du travail des enfants et l'importance de l'éducation pour le développement de leurs enfants.

Share buttons Header Mobile

Documents:

Enquête sur le coton

Enquête sur le cotonEnquête sur le cotonComment des traders suisses profitent du travail des enfants au Burkina Faso

Signer la pétition

2019_Kinderarbeit-Cotton

Your Information