Plus de la moitié de la population du Mozambique est pauvre. Ses besoins doivent être pris en compte dans la planification communale, afin que les plus pauvres bénéficient des avancées en terme de développement.

Pour vaincre la pauvreté, une utilisation optimale des ressources publiques est nécessaire. Une planification démocratique et transparente ainsi que des investissements ciblés dans la formation, la santé et les infrastructures au niveau des districts et des villes amènent une amélioration des conditions de vie de leurs habitant-e-s. Pour contribuer à l’amélioration des services publics dans onze districts et trois villes du centre du Mozambique, Solidar mise sur le conseil, la circulation de l’information, la formation continue et l’échange d’expériences.

Des organisations de base de la société civile sont renforcées afin que leurs représentant-e-s puissent s’engager et participer aux projets - comme la construction d'un puits - mis sur pied par les comités locaux de développement. Ainsi, les décisions sur les investissements publics sont prises démocratiquement et dans la transparence. Conjointement, Solidar stimule la coordination entre la société civile et les parlements communaux ou provinciaux, afin que ces instances puissent mieux prendre en charge leur fonction de contrôle.