Bien que le taux de scolarisation au Burkina Faso ait presque doublé depuis 15 ans, moins de 60% des enfants terminent l'école primaire. Solidar Suisse offre l'opportunité à des jeunes n'ayant pas achevé leur scolarité de combler leurs lacunes, puis d'obtenir une formation professionnelle.

Chaque année, entre 2'000 et 3'000 jeunes ayant arrêté prématurément leur scolarité reçoivent une formation scolaire de rattrapage, selon le modèle développé par Solidar Suisse. Beaucoup avaient tenté leur chance en allant chercher du travail dans les villes ou les mines d'or. La formation offre à ces jeunes de nouvelles perspectives. Ils apprennent une profession correspondant à des besoins économiques avérés: agriculture, élevage, plomberie, couture ou coiffure.

Solidar Suisse organise au terme de leur formation professionnelle des stages. Les participant-e-s les plus ambitieux reçoivent aussi un coaching pour obtenir un microcrédit. Grâce à lui, ils peuvent se lancer en tant qu'indépendants.

Avec ce projet prévu jusqu'en 2020, Solidar Suisse offre ainsi une formation de base à plus de 600 jeunes, grâce à l'ouverture et le renforcement de 24 centres de formations. 100 jeunes adultes auront par ailleurs accès à des formations professionnelles de courte et longue durée.

Abzèta Koanda (23), de Loumbila

"Quand j’avais 10 ans, mon père est décédé. Le revenu de ma mère ne suffisait plus pour m’envoyer à l’école. Pendant quatre ans, je n’ai pas eu de véritable emploi. Dans le centre de formation de Solidar, j'ai pu finalement obtenir mon diplôme de fin de scolarité. A présent, je suis en deuxième année d’apprentissage de plombière. Ici, c'est perçu comme un métier d’homme, mais j’aime bien surprendre mes collègues et notre clientèle grâce à mes compétences. Ce travail me plaît beaucoup. Pendant les vacances scolaires, j’ai pu mettre mes connaissances en pratique dans le cadre d’un stage. Plus tard, je voudrais travailler à mon compte."

Le soutien de Solidar