Environ 3 millions de travailleurs et travailleuses migrant-e-s vivent en Thaïlande. Arrivées dans le pays depuis le Cambodge ou le Myanmar, beaucoup de ces personnes travaillent sans papiers valables, ni permis de travail. Ces sans-papiers triment dans le secteur informel, sans les protections fournies par le droit du travail, et sont souvent exploités sans scrupules.

Les conditions sont particulièrement précaires dans deux importantes industries d’exportation thaïlandaises : le secteur de la pêche et celui, en forte progression, de l’huile de palme. Ces travailleurs et travailleuses ne gagnent souvent même pas le salaire minimum thaïlandais, doivent réaliser des heures supplémentaires non payées, ne sont pas protégées en cas de maternité et ne reçoivent pas de prestations sociales. Ils peuvent être renvoyés d’un jour à l’autre et vivent au quotidien dans la précarité la plus absolue. En bref : ils subissent une forme d’esclavage moderne.

Solidar Suisse soutient ces travailleurs migrants via l’organisation partenaire Mekong Migration Network. 400 avocat-e-s et activistes reçoivent des formations continues dans les pays d’émigration, ainsi qu’en Thaïlande. Ils connaissent ainsi la situation professionnelle de ces migrant-e-s et peuvent mieux s’engager pour la défense de leurs droits. Le projet sensibilise par ailleurs les décideurs politiques de l’ensemble de la région du Mékong aux problèmes des sans-papiers afin d’améliorer leurs conditions de vie.

Share buttons Header Image