Au Kosovo, la moitié des jeunes adultes sont sans travail. Une formation professionnelle pas assez orientée sur la pratique constitue l’une des raisons de ce chômage élevé. Avec le projet Pro Skills, Solidar Suisse promeut l'insertion professionnelle de jeunes étudiants dans la ville de Peja.

Grâce à une formation pratique en informatique, tourisme, métallurgie ou menuiserie, les jeunes peuvent désormais accéder à de nouveaux secteurs professionnels. « A l'école, nous n'avons pas la possibilité de produire des objets dans un atelier. C'est pourquoi j'ai vraiment aimé la semaine de stage chez Bakalli Metall », explique Abion Krasniqi, 15 ans, qui étudie la métallurgie à l'école professionnelle. Elvira Mehmetaj a été moins satisfaite de son stage dans un hôtel: « Je devais préparer les salades et j’ai peu appris de la gestion hôtelière.» Pourtant, elle maintient son rêve de devenir cheffe cuisinière.

Les acteurs locaux collaborent pour la formation professionnelle

Les tentatives de proposer des cursus complets pour certaines professions en pénurie ont échoué par le passé. Par conséquent, Solidar s'appuie sur une approche locale qui prend en compte les particularités du système existant. Au début du projet, il a fallu rassembler les employeurs, les écoles professionnelles et les autorités publiques afin de discuter des besoins les plus urgents et de planifier des propositions appropriées pour améliorer la formation professionnelle. À cette fin, Pro Skills a formé un groupe de travail composé de représentants de l’ensemble des acteurs locaux concernés. En 2017, ils ont initié et mis en place des modules de formation pratique dans les secteurs de la métallurgie et du travail du bois, ainsi que dans ceux du tourisme et des technologies de l'information, pour une soixantaine d'étudiants. Dans les années à venir (2018-2020), d'autres modules de formation pratique seront réalisés et inclus dans le programme officiel.

 

Share buttons Header Image