La première Coupe du monde de football organisée sur sol africain a suscité d’énormes espoirs - vite déçus. En lançant une pétition et en collaborant avec les syndicats, Solidar Suisse s’est attachée à améliorer les conditions de travail et à promouvoir une compétition durable.

La première Coupe du monde de football organisée sur sol africain à suscité d’énormes espoirs. Le gouvernement sud-africain et la FIFA ont tout fait pour encourager l’euphorie, évoquant inlassablement l’essor économique, une nouvelle splendeur pour l’Afrique du Sud et, surtout, de nouvelles perspectives et des emplois pour les habitants du pays.

En lançant une pétition et en collaborant avec les syndicats, Solidar Suisse s’est attachée à améliorer les conditions de travail et à promouvoir une compétition durable. Malgré quelques succès, le bilan est décevant.

Espoirs déçus

Malgré la croissance économique, environ un million d’emplois ont disparu en Afrique du Sud depuis l’abolition de l’apartheid et la récente crise économique et financière en a anéanti 800 000 autres. Environ 20 millions d’habitants vivent dans la misère. Les milliards investis dans la Coupe du monde de football ont donc suscité d’énormes espoirs. Le Mundial a certes déclenché un véritable boom dans la construction: les centres des villes ont été remis à neuf et la FIFA a engrangé plus de 2 milliards de francs de bénéfices.

Prometteuse, l’occasion a pourtant été manquée: des quartiers pauvres ont été rasés, les ouvrières et les ouvriers du bâtiment ont construit des stades en touchant des salaires de misère, les marchandes et les marchands de rues ont été déplacés et privés de leur source de revenus.

Hausse salariale et indemnités de déplacement pour la main-d’œuvre des stades

Lors de la construction des stades, Solidar a collaboré avec les syndicats sud-africains afin d’améliorer les salaires et la sécurité sur les chantiers. A Durban, les travailleurs et les travailleuses ont fini par toucher 16 rands l’heure (environ 2 fr. 30) au lieu de 12. Au cours de la construction du stade du Cap, notre engagement a également été couronné de succès: au terme d’âpres négociations, les ouvrières et les ouvriers ont obtenu l’indispensable indemnité de transport. Nombre d’entre eux avaient jusqu’alors dû consacrer jusqu’à un tiers de leur revenu pour se rendre sur le chantier…

Pétition contre l’exploitation remise à la FIFA

La pétition lancée par Solidar Suisse contre l’exploitation de la main-d’œuvre travaillant sur les chantiers de la Coupe du monde en Afrique du Sud a recueilli 13 715 signatures et a été remise le 8 juin 2010 à la FIFA. L’organisation n’a hélas pas voulu l’accepter officiellement.

Etude sur la Coupe du monde de football en Afrique du Sud

Après la Coupe du monde en Afrique du Sud, Solidar Suisse a commandé une étude sur la durabilité de la compétition. Les travaux débouchent sur une conclusion décevante: estimations erronées, espoirs exagérés, pas d’effet positif sur l’emploi et aggravation des injustices sociales. La version intégrale et le résumé de l’étude peuvent être téléchargés ci-dessous.

Se tenir informé