L’économie laitière du Kosovo souffre de sa mauvaise réputation et des importations bon marché subventionnées. L’engagement de l’association des paysan-ne-s et de celle des laiteries améliore la situation.

Au Kosovo, l’industrie laitière détruite par la guerre a été reconstruite sur des bases entièrement nouvelles dès 1999. Les 26 laiteries au bénéfice d’une licence et leurs quelque 2’000 fournisseurs couvrent un cinquième de la demande actuelle de produits laitiers. Des importations bon marché subventionnées désorganisent cependant l’économie laitière locale et lui font perdre des possibilités de revenus. De plus, des contrôles de qualité insuffisants, un soutien public inefficace et un manque de places de formation professionnelle entravent le développement de ce secteur pourtant en pleine croissance.

En 2012, les associations des paysan-ne-s et des laiteries du Kossovo ont élaboré avec Solidar une stratégie de développement afin de remédier aux problèmes de l’économie laitière. Solidar conseille les associations pour sa mise en œuvre, donne son appui à des projets et encourage le dialogue avec les autorités compétentes.

Le succès est au rendez-vous: un contrôle de qualité du lait cru organisé par l’Etat a été élaboré et le gouvernement a décidé d’octroyer des paiements directs liés à la qualité aux productrices et aux producteurs laitiers, pour un montant de 1,5 million d’euros par an.