Les droits humains sont régulièrement violés dans le cadre des Coupes du monde de football. Pour celles en Afrique du Sud et au Brésil, des personnes ont été déplacées et les vendeuses et vendeurs de rue ont perdu leurs revenus. Pour la Coupe du monde en Russie de 2018, les travailleurs-euses ont été exploités sur les chantiers de construction de stades. Les travailleurs-euses migrant-e-s souffrent de conditions très précaires pour la préparation du Mondial 2022 au Qatar.

Ce que nous voulons

En tant qu'institution organisatrice de la Coupe du Monde, la FIFA se doit d'assurer des conditions de travail humaines sur les chantiers de construction des stades. Solidar Suisse exige que la Fifa respecte les droits humains et fasse preuve de transparence. Concrètement, cela signifie pour les travailleurs-euses des chantiers:

  •     une rémunération juste et ponctuelle, y compris pour les heures supplémentaires
  •     le respect des temps de repos et des règles de sécurité
  •     le droit à la liberté de réunion

La Fifa doit veiller à ce que les conditions sur les chantiers de construction fassent l'objet d'un suivi régulier, que des sanctions soient imposées en cas de violation et que les travailleurs victimes aient accès à des réparations. En outre, la FIFA doit communiquer de manière transparente.

Ce que nous avons réalisé

Coupe du monde 2022 au Qatar: les violations des droits humains sont toujours à l'ordre du jour sur les chantiers de construction de stades au Qatar. Outre la FIFA, l'Etat qatari doit respecter les travailleurs. Solidar Suisse entretient des contacts réguliers avec la FIFA depuis 2017 en ce qui concerne ses efforts en matière de défense des droits humains et se félicite des progrès réalisés dans ce domaine. Solidar Suisse regrette le manque de transparence de la Fifa malgré ses engagements dans le domaine.

Coupe du monde 2018 en Russie: en 2016, Gianni Infantino a été élu nouveau président de la Fifa. Solidar Suisse a profité de ce changement de direction pour exiger que la Fifa adopte un code de responsabilité sociale. 11 000 personnes ont appuyé les revendications qu'il contient avec leur signature.

En 2016, Solidar Suisse a confronté la Fifa aux résultats d'une enquête sur les chantiers de construction de stades en Russie. Aous avons été en contact régulier avec la Fifa et avons suivi ses progrès en matière de respect des droits humains. En 2017, Solidar Suisse a organisé, en collaboration avec Terre des hommes suisse, une table ronde sur le thème "Fifa in Transition : Appearance or Being ?" Avant le coup d'envoi de la Coupe du Monde en Russie, nous avons lancé un appel à Gianni Infantino pour qu'il confirme que le respect des droits humains est une priorité absolue de la Fifa.

Coupe du monde 2014 au Brésil: en 2012, Solidar Suisse a lancé une pétition appelant la Fifa à respecter les droits humains lors des préparatifs de la Coupe du monde et à s'opposer à l'expulsion des personnes de leur domicile et des vendeurs de rue de leurs stands.

Le 24 juin 2013, la pétition a été remise personnellement à Sepp Blatter au siège de la Fifa à Zurich avec 26 353 signatures.

Trois mois après la Coupe du monde, Solidar Suisse a publié les premiers résultats de l'Institut Heinrich Böll au Brésil. L'étude a dressé un tableau catastrophique: la Coupe du monde 2014 a été la plus chère jamais organisée, presque entièrement payée par les contribuables. Seuls des emplois temporaires ont été créés, principalement dans la construction et le tourisme. Les investissements des entreprises privées ne se sont pas concrétisés. Et les projets d'infrastructure, en particulier dans les transports publics, ont été réduits.

2011: pétition contre les allégements fiscaux: la Fifa profite d'allégements fiscaux massifs. Contre cela, la Jeunesse socialiste et Solidar Suisse ont lancé une pétition adressée à la Chancellerie fédérale avec 10 631 signatures. En mars 2015, le Parlement suisse a rejeté notre demande d'une taxation fiscale plus équitable pour la FIFA.

Coupe du monde 2010 en Afrique du Sud: en collaboration avec les syndicats sud-africains, Solidar Suisse a travaillé à l'amélioration des salaires et de la sécurité au travail sur les chantiers de construction des stades. Les travailleurs de Durban ont vu leur salaire augmenter de 12 à 16 rands heure (environ Fr. 2.30). Au Cap, les travailleurs ont reçu l'indemnité de transport dont ils avaient fortement besoin urgent après des négociations difficiles. Jusque-là, beaucoup d'entre eux devaient dépenser environ un tiers de leur salaire pour se rendre sur les chantiers de construction.  

Solidar Suisse a transmis une pétition à la Fifa réunissant 13 715 en juin 2010. La Fifa n'a pas accepté officiellement la pétition.

A l'issue de la Coupe du monde en Afrique du Sud, Solidar Suisse a commandé une étude sur son impact à long terme. Les résultats sont sombres: fausses estimations, promesses exagérés, perte d'emplois, et encore plus d'injustice sociale.

Ce que nous avons changé

Lors de la Coupe du monde en Afrique du Sud, nos efforts ont permis entre autres d'augmenter les salaires des travailleurs. Lors de la Coupe du monde au Brésil, notre persévérance a fait que 2000 commerçants de rue ont été engagés par les organisateurs. Les années de lutte de Solidar Suisse pour le respect des droits humains et une plus grande transparence au sein de la FIFA ont commencé à porter leurs fruits en 2017 : la Fifa a inscrit le respect des droits humains dans ses statuts, élaboré une politique des droits humains et créé un Comité consultatif indépendant.

Toutefois, comme le montrent les préparatifs de la Coupe du monde 2022 au Qatar, il reste encore beaucoup à faire pour mettre en œuvre ces nouvelles règles. Du point de vue de Solidar Suisse, une communication transparente sur les processus en cours serait un pas important dans cette direction.

Share buttons Header Image

Actualité