José a travaillé pendant de nombreuses années sur une plantation de bananes au Nicaragua. Il a récemment perdu son emploi suite à la fermeture d’une plantation. Un employeur potentiel a réalisé un bilan de santé et a découvert des valeurs sanguines anomales dues à une insuffisance rénale, causée par son travail sur les plantations (voir encadré). Une maladie synonyme pour lui d’arrêt de travail. Au Nicaragua, Solidar Suisse soutient les travailleurs et travailleuses précarisé-e-s comme José.

José souffre par ailleurs d’un genou abîmé, d’une hernie non traitée et de crises d’épilepsie. Une de celle-ci l’a fait tomber dans un puit et à se casser une hanche. Sa demande de pension d’invalidité a été refusée. Le syndicat ATC (site en espagnol), que Solidar Suisse soutient, s’occupe désormais du cas de José et de sa pension d’invalidité.

Il peut désormais obtenir ses médicaments gratuitement. Mais il doit aller les chercher personnellement et pour cela  effectuer un long trajet dans les champs avec ses béquilles. Sous le même toit que José, vivent 10 autres membres de sa famille. C’est sa belle-fille qui le soigne, depuis que sa femme est morte il y a une année. Son fils et son beau-fils travaillent sur la plantation de bananes afin de subvenir aux besoins de la famille.

Share buttons Header Image

Des produits toxiques sur les plantations

Au Nicaragua, environ un travailleur sur trois décède d’une insuffisance rénale. Une maladie qui se développe en plusieurs étapes, d’une insuffisance légère à un dysfonctionnement complet entrainant la mort. On estime que les causes proviennent de l’utilisation de pesticides et herbicides – par ailleurs souvent interdits -, de substances améliorant la croissance et d’une déshydratation persistante. L’utilisation pendant de nombreuses années de substances toxiques dans l’agriculture conduit aussi à une pollution des eaux souterraines, lesquelles sont consommées par toute personne habitant dans la région.