Ce sont plus 250'000 travailleurs et travailleuses migrant-e-s originaires du Sud-Est asiatique qui travaillent au Qatar pour la construction des infrastructures de la Coupe du Monde 2022 - la plus chère de tous les temps. Cette main d’œuvre travaille dans des conditions extrêmement précaires, causées notamment par le système de la Kafala. Jusqu’à présent, la Fifa ne s’est pas préoccupée de la protection de ces travailleurs et de leurs conditions de travail. Pour changer cela, l’organisation sportive doit modifier les contacts établis avec la Qatar.

Avec des investissements atteignant les 50 milliards de dollars, le Qatar est en train d’organiser l’événement sportif le plus cher de tous les temps. 12 stades sont prévus, dans la capitale Doha et ses alentours. Huit nouveaux stades seront construits ; Quatre déjà existant seront agrandis. Un travail titanesque réalisé en grande partie par des travailleurs népalais, sri lankais, pakistanais et indiens.

Un esclavage moderne ?

A leur arrivée au Qatar, les travailleurs et travailleuses migrant-e-s doivent souvent constater que les conditions sont bien plus mauvaises que ce qui leur avait été promis lorsqu’ils ont été engagés dans leur pays d’origine. A côté des retards de paiement, la sécurité sur les chantiers constitue un problème majeur. Ainsi, des centaines de personnes sont décédées depuis le début des travaux. Par ailleurs, le système de la Kafala interdit aux travailleurs et travailleuses de quitter le Qatar ou de changer d’employeur sans l’autorisation de ce dernier. Des conditions de travail qui s’approchent d’une forme d’esclavage moderne.

La responsabilité de la Fifa

Solidar Suisse s’engage pour que la Fifa intègre une dimension sociale dans les contrats signés avec le Qatar. La Fifa, en tant qu’entité organisatrice des Coupes, doit définir des lignes directrices pour garantir des conditions de travail décentes sur les chantiers et le respect des droits humains. Pour cela, elle doit s’appuyer sur les conventions fondamentales de l’OIT et les accords de l’ONU relatifs aux droits humains.

Photo: Doha 2015, Thomas Nyberg

 

Share buttons Header Image

Fifa

Coupe du Monde 2018 en Russie

Suite aux sanctions économiques et à la baisse des prix du pétrole, le gouvernement russe est financièrement sous pression et a décidé de réduire le budget.