Dix nouveaux stades ont été construits et deux rénovés pour la Coupe du monde. Avec un coût de 11 milliards de CHF, le Mondial de Russie a été le plus cher de l'Histoire.

Une « loi Fifa » en conflit avec la Constitution russe

Afin de réaliser les travaux de construction, le Parlement russe a édicté une loi en 2013 qui viole la Constitution russe et la Charte sociale européenne. Elle a permis aux employeurs d’augmenter de manière unilatérale les heures de travail, tout en les dispensant de compenser les heures supplémentaires et le travail durant les week-ends comme prévu par le droit russe.

Moins d’argent, plus de travailleurs et travailleuses migrant-e-s

Conséquence de la crise économique dans le pays et de la faiblesse du rouble, le budget de la Coupe du Monde a été réduit. Les entreprises ont baissé leurs coûts par un recours renforcé à de la main-d’œuvre migrante exploitée. Cette dernière a travaillé en hiver par un froid glacial ; les salaires ont été payés seulement partiellement, voire pas du tout. Les ouvrières et ouvriers ont été nombreux à réaliser des travaux dangereux sans formation adéquate, ni protection suffisante.

La responsabilité de la Fifa

La Fifa a connaissance de cette situation. Depuis 2016, elle a régulièrement visité les chantiers des stades avec des représentants syndicaux et, selon ses propres déclarations, a pu constater une diminution des violations de 75%. 

Solidar Suisse a eu des échanges réguliers avec la FIFA en 2017 sur ses engagements en matière de droits humains et se félicite des progrès réalisés à cet égard. Solidar Suisse reste cependant critique sur le manque de transparence de la Fifa.

Share buttons Header Image

Fifa

Coupe du Monde 2022 au Qatar

Avec des investissements atteignant les 50 milliards de dollars, le Qatar est en train d’organiser l’événement sportif le plus cher de tous les temps. 12 stades sont prévus, dans la capitale Doha et ses alentours.