Nos projets au Burkina Faso s'intéressent particulièrement au renforcement des femmes et des jeunes. Grâce à l'éducation bilingue, à la lutte contre le travail des enfants et à la formation professionnelle, nous créons des perspectives pour la prochaine génération.

L’alphabétisation

Moins de 60% des Burkinabé achèvent les six ans de scolarité primaire. Avec comme conséquence que la majorité de la population ne sait ni lire, ni écrire. Solidar Suisse travaille avec des associations agricoles locales qui offrent à leurs membres des cours d’alphabétisation orientés sur la pratique, des cours de français, ainsi que des formations continues. Une formation simple en comptabilité est aussi proposée, ainsi qu’un soutien à des initiatives entrepreneuriales au sein des organisations de producteurs. Des systèmes de solidarité internes aux organisations améliorent la situation alimentaire de plus de 3’000 paysans particulièrement pauvres.

L’émancipation des femmes

La pauvreté des familles paysannes et des communautés est aussi liée à la discrimination économique des femmes. Solidar Suisse développe des structures de prise en charge extrascolaires. Avec 28 nouvelles structures de ce type, Solidar Suisse permet à 300 femmes de se former et de développer des initiatives entrepreneuriales dans les régions rurales.

 Le programme de Solidar au Burkina Faso bénéficie du soutien de la Direction du Développement et de la Coopération suisse (DDC) et du Service liechtensteinois de développement (LED).

Share buttons Header Image

Campagne

Le travail des enfants dans la culture du coton au Burkina Faso

Au Burkina Faso, 250 000 enfants travaillent dans les champs de coton. Ce travail pose de graves dangers et entrave le développement scolaire des enfants. Les négociants suisses de coton profitent également de cette pratique illégale. C'est pourquoi Solidar Suisse encourage les commerçants Reinhart AG et Louis Dreyfus à œuvrer pour l'abolition du travail précaire des enfants dans leur chaîne d'approvisionnement.