La ville industrielle chinoise de Shenzhen a connu cet été des grèves et l'arrestation de plus de 50 travailleuses et militant-e-s. Ce n'est pas un cas isolé en Chine. Mais pour Schneider-Ammann, les droits humains et du travail n’ont même pas été un thème de discussion lors de sa dernière visite en Chine en septembre. Le conseiller fédéral a - au contraire - promis une expansion de l’accord de libre-échange entre la Suisse et la Chine. Une décision qui va dans le mauvais sens: le développement économique ne doit pas avoir lieu au détriment des employé-e-s.


Monsieur le conseiller fédéral Schneider-Ammann,

Vous vous êtes récemment rendu en Chine avec une délégation de 50 personnes. L'un des objectifs déclarés de ce voyage était de renforcer les relations économiques entre la Suisse et la Chine. Vous avez annoncé l'intention de la Suisse de renforcer encore l’accord de libre-échange entre les deux pays.

Vous prenez cette décision à un moment où la répression policière augmente en Chine. Récemment, par exemple, un conflit du travail a eu lieu dans la ville industrielle de Shenzhen au sud de la Chine. Les travailleuses et travailleurs de Jasic Technology ont protesté contre leurs mauvaises conditions de travail et en faveur d’un syndicat indépendant. La célèbre activiste Shen Mengyu, qui avait fait campagne en faveur des travailleurs de Jasic, a été enlevée le 11 août et a disparu pendant des semaines. Réapparue, elle est aujourd’hui assignée à résidence. 50 autres militant-e-s ont été arrêtés en août. A l’heure actuelle, dix sont toujours en prison. Ces incidents ne sont pas isolés; des militants et grévistes sont continuellement arrêtés en Chine.

Dans l'accord de libre-échange que vous avez signé avec la Chine, les droits du travail et les droits humains ne sont pas mentionnés. Solidar Suisse a critiqué à plusieurs reprises cette omission. Nous en appelons à nouveau à votre responsabilité.

Avant de démissionner, défendez publiquement l’intégration des droits humains dans l’accord de libre-échange avec la Chine. Ce n'est qu'alors que votre héritage politique sera digne.

Solidar Suisse a remis la lettre et les 4916 signatures au conseiller fédéral Schneider-Ammann fin octobre.

2018 DWD