20 Jan 20

La dévaluation systématique des tâches ménagères, des soins infirmiers et des soins crée une inégalité croissante. C'est le résultat de l'étude d'Oxfam "Time to Care" publiée aujourd'hui. En conséquence, les femmes du monde entier sont en moyenne moins instruites que les hommes, et gagnent moins.

La moitié la plus pauvre de la population mondiale possède moins de 1% de la richesse mondiale. Au sommet de la distribution des richesses se trouvent 2'153 milliardaires (dont 10% de femmes). Regroupés, ils possèdent plus de richesses que les 60% les plus pauvres de la population mondiale (4,65 milliards de personnes). Cette disparité inacceptable est le résultat d'un système économique dans lequel les femmes et les filles effectuent chaque jour 12,5 milliards d'heures non rémunérées de soins, de soutien social et de travail domestique, sans que la valeur de ce travail soit reconnue sur le plan social et économique.

Peu de reconnaissance pour le travail lié aux soins

Les soins infirmiers, la cuisine et le nettoyage sont essentiels pour le bien-être des sociétés et le fonctionnement de l'économie. Cependant, celles et ceux qui font ce travail reçoivent généralement peu ou pas d'argent pour leurs services. De plus, le fait d'attendre des femmes et des filles, en particulier, qu'elles fassent ce travail à l'échelle mondiale crée des inégalités de revenus, de richesse, de temps et d'influence et aggrave l'inégalité existante non seulement entre les riches et les pauvres, mais aussi entre les hommes et les femmes.

Combattre l'inégalité grâce à des salaires justes et un service public

Dans les zones rurales des pays pauvres, les femmes passent jusqu'à 14 heures par jour à s'occuper de leurs enfants. Trop souvent, les filles se retrouvent également impliquées dans ce travail. La crise climatique aggrave cette situation, car les distances aux points d'eau s'allongent, la culture des légumes est plus difficile et les maladies comme la malaria et le choléra sont en augmentation. Solidar Suisse demande des investissements massifs dans les infrastructures publiques et des salaires équitables dans le secteur des soins, ce qui profitera en particulier aux femmes et aux filles.

Share buttons Header Image