23 Aug 18
Iwan Schauwecker

De 1500 à 1850, plus de douze millions de personnes ont été déportées d'Afrique en Amérique et réduites en esclavage. Heureusement, il n'y a plus de pays où l'esclavage est autorisé. Néanmoins, selon l'Organisation internationale du travail (OIT), 40 millions de personnes sont encore victimes de diverses formes d'esclavage moderne.

Nous commémorons aujourd’hui la traite négrière et son abolition. Cette date a été fixée par l'UNESCO en référence à la fameuse révolte des esclaves qui a éclaté le 23 août 1791 à Saint-Domingue, aujourd'hui Haïti. Ce mouvement des travailleurs des plantations a conduit à la Révolution haïtienne, supprimant le principal marché aux esclaves de l'Amérique et libérant un demi-million de personnes de l'esclavage.

L'émancipation des esclaves et l'interdiction mondiale de l'esclavage

Le succès de la population noire en Haïti s’est ébruité loin à la ronde et a encouragé les esclaves de toute l'Amérique à s’associer et à se révolter pour exiger des droits. En 1807, le législateur britannique a aboli la traite des esclaves en partie suite à l'évolution de la situation en Haïti. Aux États-Unis, l'esclavage n'a été officiellement interdit dans tous les États qu'en 1865. Les derniers pays à avoir officiellement interdit l'esclavage ont été l'Arabie saoudite en 1962 et la Mauritanie en 1980. Aujourd'hui, il n'existe plus d'État qui autorise légalement l'esclavage et la traite.

Mondialisation et traite des êtres humains

Malgré les interdictions officielles, 40,3 millions de personnes dans le monde sont encore victimes de l'esclavage moderne et 24,9 millions de personnes sont soumis à du travail forcé selon l'OIT. Aujourd'hui, 71 % des victimes de la traite sont des femmes et des filles. L'esclavage moderne se caractérise par des formes d'exploitation très différentes : par exemple, l'enlèvement de migrant-e-s par des groupes armés en Libye où les gens sont ensuite vendus. Toutefois, le terme est également utilisé pour les travailleuses et travailleurs domestiques ou de la construction dont les documents ont été confisqués et qui deviennent ainsi totalement dépendants de leur employeur.

Responsabilité conjointe des entreprises multinationales

Bien que la pression se renforce de plus en plus sur les multinationales afin qu’elles respectent les droits humains dans leurs chaînes d'approvisionnement, elles sont, dans certains cas, responsables de la souffrance de travailleuses et travailleurs privés de leurs droits. L'esclavage moderne est particulièrement courant dans l'agriculture qui produit les biens alimentaires pour le marché mondial, par exemple dans les plantations de palmiers à huile. Avec l'initiative pour des multinationales responsables, les entreprises basées en Suisse devront mieux évaluer leurs chaînes d'approvisionnement et ainsi contribuer davantage à des conditions de travail équitables dans le monde entier.

Share buttons Header Mobile