2 Nov 17

L’ultimatum de l’Organisation internationale du travail (OIT) fait effet: le gouvernement du Qatar a annoncé que la protection des travailleurs et travailleuses migrant-e-s sera nettement améliorée et que l’esclavage moderne qui prévaut dans le pays sera supprimé. Avec cette nouvelle loi sur le travail, les demandes de longue date de Solidar Suisse dans la cadre de sa campagne pour des Coupes du monde décentes seront remplies.

Les nouvelles directives légales émises par le gouvernement visent à supprimer la Kafala. Ce système, qui interdit de changer d’employeur ou de quitter le pays, est la cause de l’exploitation de millions de travailleurs et travailleuses étrangers, exploités au Qatar comme ouvriers sur les chantiers ou employées de maison.

Des salaires minimum et la fin du contrôle total des employeurs

La nouvelle loi sur le travail prévoit les nouveautés suivantes : les employeurs ne pourront plus interdire à leurs employé-e-s de quitter le pays. Un salaire minimum uniforme sera introduit pour tous les travailleurs. Il supprimera par ailleurs le système de salaire actuel basé sur les races. Les papiers d’identité seront délivrés à l’avenir directement par l’Etat qatari alors qu’ils étaient jusqu’à présent fournis par les employeurs. Dans chaque secteur économique, un comité des employé-e-s sera mis en place pour que ceux-ci puissent choisir leurs propres représentant-e-s.

Un succès pour Solidar Suisse

Ces changements devraient améliorer de manière significative la situation des travailleurs et travailleuses et correspondent aux demandes formulées depuis plusieurs années par Solidar Suisse dans le cadre de sa campagne pour des Coupes du monde décentes. Mais Fabienne Widmer, responsable de la campagne, nuance : «  C’est seulement quand ces annonces seront mises en œuvre concrètement que nous pourrons vraiment parler de progrès ».

La réforme doit aussi analysée dans le cadre de l’ultimatum adressé par l’OIT au Qatar. Suite à cette nouvelle loi, l’institution onusienne renoncera probablement à établir une commission d’enquête sur les violations des droits du travail au Qatar, comme elle l’avait envisagée.

Share buttons Header Image

Le contexte

Coupe du Monde 2022 au Qatar

Avec des investissements atteignant les 50 milliards de dollars, le Qatar est en train d’organiser l’événement sportif le plus cher de tous les temps. 12 stades sont prévus, dans la capitale Doha et ses alentours.