15 Mai 18

Interdit dans les pays développés, l’amiante est cependant largement employé dans le reste du monde où il fait des ravages. Les pays membres de la Convention de Rotterdam, actuellement réunis à Genève, ont une opportunité historique d'interdire son commerce.

Difficile à croire: l’amiante est toujours autorisé dans de nombreux pays en développement, bien qu'il produise de graves maladies et qu’il fasse partie des matériaux les plus dangereux au monde.

Un fort lobby de la part des pays producteurs a réussi jusqu’à présent à empêcher l’inclusion de l’amiante dans la convention de Rotterdam. Les pays membre de cette convention, qui règlemente le commerce et l’utilisation des produits chimiques dangereux, sont actuellement réunis à Genève.

100'000 victimes de l’amiante par année

Selon des estimations prudentes de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 100'000 personnes meurent chaque année des suites d’une contamination à l’amiante. Le produit est par ailleurs responsable de plus de la moitié des cancers contractés sur les lieux de travail. Et la situation n’est pas prête de s’améliorer: l’utilisation de l’amiante est en hausse en Asie. Plusieurs recherches ont documenté la spectaculaire augmentation des cancers liés à ce produit.

Les négociations actuelles à Genève sont particulièrement importantes: les pays membres discutent de l’introduction de l’amiante à l’annexe III de la Convention. Cette décision limiterait fortement son commerce et donc son utilisation. Mais les pays producteurs s’y opposent et, comme la convention exige l’unanimité pour une telle décision, un seul pays peut bloquer le processus. A l'initiative d’un groupe de pays africains, un amendement pourrait être introduit permettant un vote majoritaire de 75% lorsque le consensus n'est pas possible.

Afin de renforcer la pression sur les délégués et appuyer l’exigence d’une limitation du commerce de ce matériau toxique, Solidar Suisse soutient un workshop et la venue de victimes de l’amiante qui témoigneront durant la conférence.

Signez la pétition pour restreindre le commerce de l’amiante

Solidar Suisse s’engage activement pour l’interdiction de l’amiante en Asie par le financement d’un réseau régional contre l’amiante. L’organisation partenaire de Solidar Apheda a lancé une pétition demandant aux participants à la conférence de débloquer le processus de prise de décision et de limiter le commerce de l'amiante.

Share buttons Header Image