Mercredi, 27. Janvier 2016
Iwan Schauwecker

40 pourcent des casseroles vendues en Suisse proviennent de Chine. Or un rapport de Solidar Suisse révèle des conditions de travail exécrables dans les usines chinoises qui les produisent. Solidar Suisse demande aux distributeurs et fabricants suisses qui commercialisent ces casseroles de s’attaquer au problème.

40 pourcent des casseroles vendues en Suisse proviennent de Chine. Or un rapport de Solidar Suisse révèle des conditions de travail exécrables dans les usines chinoises qui les produisent. Solidar Suisse demande aux distributeurs et fabricants suisses qui commercialisent ces casseroles de s’attaquer au problème.

Le rapport d’investigation dans cinq grandes usines chinoises produisant des casseroles a révélé 27 graves manquements, dont la majorité est non seulement contraire aux standards sociaux internationaux, mais aussi aux droits du travail chinois. Le rapport révèle notamment:

-       Une mise en danger de la santé des travailleurs en raison du manque de matériel de protection et de systèmes anti-incendie;

-       Des salaires à la pièce qui ne respectent pas le salaire minimum, sans parler d’un salaire permettant de vivre décemment ;

-       Des heures de travail excessives allant jusqu’à 12 heures par jour et 7 jours de travail par semaine

Les distributeurs et fabricants ont reçu le rapport de Solidar Suisse et ont pu réagir. Les discussions engagées avec Migros et Coop ont été raisonnablement positives: les deux distributeurs ont promis de s’attaquer à ces problèmes et restent en discussions avec Solidar Suisse. Kuhn Rikon et WMF, qui ne sont même pas membres du BSCI, se cachent dans leur réponse écrite derrière l’audit BSCI des usines. Manor estime ne pas avoir de responsabilité à assumer en tant que distributeur. Après un long silence, Ikea a réagi en se disant prêt à discuter avec Solidar Suisse. Seule la marque Greenpan n’a pas souhaité réagir.

Solidar Suisse condamne cette attitude. «Les entreprises doivent assumer leur responsabilité sociale pour les biens qu’ils commercialisent, et faire en sorte qu’ils soient produits dans des conditions décentes, déclare Simone Wasmann. L‘expérience le montre: il ne suffit pas d’émettre des exigences auprès des usines – les entreprises doivent participer plus activement à l’amélioration des conditions de travail sur place.»

Plus d’informations:

(En allemand) Simone Wasmann, responsable de la campagne, 079 678 56 68
Lionel Frei, chargé de communication, 079 472 71 42

www.solidar.ch/fr/casseroles