Une dent contre les droits humains