Katja Schurter

L’échelle de l’évaluation a été établie de telle sorte qu’une commune puisse obtenir au maximum 100 points. Les deux domaines analysés, à savoir la coopération au développement et les pratiques en matière d’achats, représentent chacun 50 points.

Les communes sont classées en cinq catégories selon le nombre de points obtenus:

0–5 points:

1 globe, responsabilité sociale globalement insuffisante, la commune ne se soucie pas des conséquences de ses décisions.

6–25 points:      

2 globes, responsabilité sociale lacunaire, la commune ne fait guère d’efforts en matière de durabilité.

26–50 points:    

3 globes, responsabilité sociale partiellement présente, la commune fait quelques efforts, mais un grand potentiel d’amélioration subsiste.

51–75 points:   

4 globes, responsabilité sociale bien présente avec un potentiel d’amélioration.

76–100 points:    

5 globes, responsabilité sociale très présente, la commune contribue activement à un monde plus juste.

        

Coopération au développement

Le critère d’évaluation principal est le quotient entre les dépenses annuelles pour des projets en matière de coopération au développement et/ou d’aide humanitaire et les recettes fiscales nettes de la commune concernée. Une commune obtient le maximum de points (soit 25) si elle consacre au minimum 1 pour mille de ses recettes fiscales à la coopération au développement. Les autres critères couvrent les domaines suivants: fondements stratégiques (existence / publication de lignes directrices), organisation (soutien à des projets selon des critères précis, fonctionnaires responsables de la coopération au développement), communication / information (auprès de l’administration et du public), partenariat de la commune avec des communes de pays en développement ou en transition.

Politique d’achats

On évalue ici si la commune dispose (ou non) de directives ou de recommandations en matière d’achats socialement durables prescrivant notamment le respect des huit conventions fondamentales de l’OIT, et d’un système de contrôle de leur application. L’évaluation a porté, sur la base des critères existants, sur des catégories de produits pertinentes telles que les pierres naturelles, les textiles, le mobilier, les ordinateurs / accessoires informatiques, ainsi que sur la forme du contrôle (25 points). Les autres critères (25 points maximum) couvrent les domaines suivants: fondements stratégiques (lignes directrices incluant les achats responsables), communication (informations / formations sur les achats durables à l’attention du personnel), organisation (personne en charge des achats durables) et commerce équitable (offre de produits issus du commerce équitable, café p. ex.).

Méthode

Les données et les informations ont été récoltées au moyen d’un questionnaire, envoyé aux communes. Les résultats ont été transmis dans le cadre d’un entretien téléphonique avec la personne responsable dans la commune, ou par retour du questionnaire complété. Les communes qui avaient déjà participé au précédent rating ont reçu les données de 2013 avec la demande d’y inscrire les modifications. Des informations complémentaires ont été collectées sur les sites des communes.