Ma journée commence à 7h. A 8h pile, je dois être à ma place sur la chaîne de montage, mais je dois auparavant faire une longue queue devant la timbreuse. Je vis dans un dortoir vétuste de l’entreprise avec huit personnes. J’ai un lit superposé et une armoire métallique. Nous nous partageons la salle de bain. J’ai comme toujours mal dormi, car un continuel va-et-vient règne durant la nuit à cause des tournus d'équipes.

1600 poupées par jour

Une journée m’attend sur la chaîne de montage où les jouets s’empilent déjà. J’assemble en moyenne deux poupées et demie par minute. Avec les heures supplémentaires, je fabrique environ 1500 à 1600 poupées par jour. Après mon poste régulier de 8 heures, je fais des heures supplémentaires entre 19h30 et 21h30. Tout le monde fait cela, car le travail de montage comme le mien ne rapporte que le salaire minimum légal de 1510 renminbis (230 dollars) qui permet à peine de vivre. Pour augmenter le salaire, la seule solution consiste à faire des heures supplémentaires qui me permettent d’économiser un peu à la fin du mois pour envoyer l’argent dans ma famille. En plus, les heures supplémentaires sont mieux payées.

Pas de temps pour aller aux toilettes

Je peux quitter ma place de travail sur la chaîne de montage pendant trois minutes maximum, ce qui suffit à peine pour aller aux toilettes. Mais presque personne ne prend cette pause. Parler sur la chaîne de montage n’est pas autorisé, on peut seulement le faire durant les rares moments où on n’est pas observé. Manger, mais surtout boire, n’est pas autorisé. A midi et le soir, nous avons une heure pour cela. Celui qui ne va pas assez vite à la cafétéria de l’usine ne reçoit pas toujours assez à manger. Je travaille souvent avec l’estomac vide. Le repas à la cafétéria est de toute façon mauvais et pas hygiénique. Il n’y a aucun moment pour souffler durant la journée.

Des vapeurs toxiques

Nos yeux sont souvent irrités et brûlés à cause des vapeurs chimiques qui  se dégagent des colles et des produits nettoyants. La position du corps toujours identique provoque chez beaucoup des douleurs au dos et aux hanches. Il est près de 22 heures quand je suis de retour au dortoir. Si je veux me doucher, je dois aller chercher de l’eau chaude. Les installations sanitaires sont dans un état précaire et rouillées. Du plafond, de l’eau goutte. Je n’arrive presque jamais à me coucher avant 23 heures.

Source: China Labor Watch

Share buttons Header Image