Le Burkina Faso connaît depuis 2005 un véritable boom de l’exploitation aurifère, suite à l’augmentation des prix du métal précieux et la découverte de nouveaux gisements. Ce phénomène conduit notamment à un emploi intensif de mercure et de cyanure pour l'orpaillage et à l’utilisation d’enfants dans les tunnels des mines. Ce travail est dangereux, mais plus encore, il maintient les enfants dans ces activités minières sans la perspective d’un avenir meilleur. Solidar Suisse s’engage depuis 2017 dans les mines de Garga et Silmiougou afin d’offrir aux enfants travailleurs un espoir pour leur futur. Les images suivantes offrent un aperçu de comment l’or est exploité dans les mines artisanales et quels efforts cela implique.

Un puits moderne

Le puits est profond de 70 mètres. La communication avec les persones sous terre se fait grâce à un tuyau en plastique. Les mineurs restent toute la journée dans le trou et remontent à la surface le soir.

L'orpaillage

L'or est extrait au moyen de mercure et de cyanure sans les mesures de protection adéquates.

Un puits traditionnel

Un paysage criblé de trous

Enseignant-e, coiffeur ou mécancienne

Avec l'aide d'animateurs et d'enseignant-e-s, les enfants peuvent envisager un avenir loin des mines.

Kinderarbeit in Goldminen