Une recherche menée pour le compte de Solidar Suisse montre que les travailleurs et travailleuses chinois-e-s travaillent jusqu’à 12 heures par jour, 7 jours par semaine. Une nécessité pour recevoir un salaire permettant de vivre. Les usines chinoises ne fournissent par ailleurs pas la sécurité la plus élémentaire dont tout travailleur doit bénéficier: absence de mesures anti-incendies; manque d'habits de protection lors de travaux dangereux; hygiène insuffisante dans les installations sanitaires et les logements; protection sociale insuffisante ou inexistante.

Solidar Suisse demande que les distributeurs et les fabricants de poêles en Suisse assurent des conditions de travail décentes sur l’ensemble de la chaîne de production.

Nous demandons à Migros, Coop, Mano, Kuhn Rikon, WMF, Ikea et Greenpan:

  • Des salaires suffisants pour vivre pour les ouvriers et ouvrières des usines en Chine.
  • Un devoir de diligence, c’est-à-dire le respect des droits humains sur l’ensemble de la chaîne de production.
  • Des contrôles effectifs pour garantir le respect des droits du travail chinois
  • Une formation des travailleurs et travailleuses sur leurs droits et une instance de recours.

Réactions

Suite à l'envoi de notre rapport, nous avons eu des premières discussions constructives avec Migros et Coop. La transparence dont ont fait preuve les deux distributeurs constitue un premier pas important. Kuhn Rikon a annoncé des mesures concrètes pour vérifier la situation dans les usines. Grâce à l'appel lancé, Manor et Ikea se disent prêts à discuter avec Solidar Suisse.

Pour WMF, la responsabilité est du ressort de BSCI*. Greenpan n'a pas jugé bon de réagir.

*BSCI est un système d'audit développé par le secteur privé afin de renforcer les standards sociaux dans les usines. Elle n'a cependant d'effet que dans la mesure où les entreprises participantes s'engagent activement.