NouvellesProjetsCampagnesSolidar SuisseFaire un don

Nos exigences à la FIFA

  

1. Aucune expulsion forcée et pas d'atteintes aux droits humains

Le Mondial va déloger plus de 150 000 personnes. Les marchand-e-s ambulants craignent d’être privés de leur gagne-pain, car les sponsors du Mondial veulent imposer des droits de vente exclusifs. Des expulsions violentes constituent une grave atteinte aux droits humains.

 

D’où notre revendication: pas d'expulsion de marchand-e-s de rue et pas de «nettoyages» des favelas par souci d’image. S’il faut impérativement déplacer des gens, les personnes concernées doivent être consultées et dédommagées. (en savoir plus)

 

2. Non à l'exploitation

Les bénéfices mirobolants du Mondial ne doivent pas reposer sur l’exploitation. Les conditions de travail sur les chantiers sont très précaires; de plus, des articles de la FIFA destinés aux fans sont produits dans des conditions proches de l’exploitation, voire inhumaines.

 

D’où notre revendication: la FIFA doit s’engager pour des conditions de travail équitables et des salaires décents. (en savoir plus)

 

3. Pas d'exonérations fiscales et de lois d'exception pour la FIFA 

La FIFA et les sponsors du Mondial (Adidas, Coca-Cola, Budweiser, etc) refusent l’imposition de leurs milliards de bénéfices au Brésil. Pourtant, il faudra bien payer les coûts engendrés par la compétition. Vu l'endettement de l'État, des coupes dans le social sont à prévoir, une fois le Mondial terminé. Finalement, les 50 millions de pauvres du Brésil passeront à la caisse.

 

D’où notre revendication: toutes celles et tous ceux qui profitent du Mondial doivent payer des impôts sur leurs bénéfices. La FIFA également. (en savoir plus)

 

Téléchargez notre dossier complet (format pdf).